You are currently viewing Cette ferme biologique thaïlandaise utilise le cannabis pour soigner ses poulets

L’utilisation excessive d’antibiotiques constitue une menace majeure pour l’ensemble du secteur agricole. Mais pour éviter d’en surcharger ses poulets, une ferme biologique du nord de la Thaïlande semble avoir trouvé une solution : remplacer ces substances pendant plus d’un an par la substance active du cannabis.

Une étrange expérience loin d’être totalement concluante, mais qui présente un début de réponse potentielle à un problème gigantesque. L’utilisation excessive d’antibiotiques constitue une menace majeure pour l’ensemble du secteur agricole. Mais pour éviter d’en surcharger ses poulets, une ferme biologique du nord de la Thaïlande semble avoir trouvé une solution : remplacer ces substances pendant plus d’un an par la substance active du cannabis.

La notion d’élevage d’animaux sans antibiotiques a de quoi surprendre. Elle s’inscrit dans une démarche écologique dont l’objectif est de réduire l’utilisation des antibiotiques, des substances qui luttent contre la prolifération des bactéries pathogènes. Aujourd’hui, on en trouve dans presque toutes les exploitations qui n’ont pas fait le choix militant de s’en passer.

De la viande sans médicaments ?

Bien que largement utilisés, les antibiotiques ne sont pas le meilleur moyen d’augmenter le rendement du bétail. Grâce aux progrès de la bio-ingénierie et de la génétique, les chercheurs ont pu identifier un problème bien connu aujourd’hui : la résistance aux antibiotiques. Ce n’est pas un hasard si les médecins évitent généralement d’utiliser ces médicaments dans la mesure du possible, et ce n’est pas parce qu’ils sont dangereux ou inefficaces, bien au contraire.

Les antibiotiques sont utilisés pour traiter toute une série de maladies graves, tant chez l’homme que chez le bétail. Cependant, chaque utilisation d’un antibiotique a pour effet d’accélérer la sélection naturelle, car seules les quelques bactéries qui résistent pourront se reproduire. Nous courons donc le risque de nous retrouver avec une population totalement invulnérable aux traitements. La seule solution à long terme est de changer d’antibiotique, mais cela a pour effet de relancer le cycle : les bactéries développent des résistances beaucoup plus rapidement que l’industrie n’est capable de trouver de nouveaux antibiotiques.

Le THC pourrait être utilisé à la place des antibiotiques classiques

De nombreux laboratoires et agriculteurs tentent donc de trouver des solutions directement issues de la nature. Dans ce contexte, une ferme thaïlandaise a commencé à ajouter du cannabis broyé à l’eau de ses poulets. Il s’agissait d’un travail très exploratoire, visant simplement à tester si le THC, l’un des principaux principes actifs de la marijuana, pouvait avoir un effet au niveau des bactéries. Mais contre toute attente, il semble que cette cure ait eu un petit effet. Depuis janvier 2021, moins de 10% des poulets sont morts de maladies bactériennes, un score comparable à celui des médicaments utilisés dans les élevages traditionnels.

Cette seule information rend l’expérience intéressante, car la découverte d’un tel antibiotique naturel pourrait donner plus de temps aux chercheurs qui mettent au point des antibiotiques synthétiques. Et c’est important. Pour les raisons évoquées ci-dessus, la marge de manœuvre dont dispose l’humanité à ce niveau est en train de fondre comme neige au soleil. Il faut cependant rester prudent avant de tirer des conclusions de cette expérience.

Les résultats de cette étude présentent certaines limites

Même si cela peut sembler évident, cela ne signifie pas que le cannabis peut remplacer les antibiotiques prescrits par un professionnel de la santé. Cela ne doit pas non plus vous inciter à mettre vos propres poulets au même régime, du moins pas avant que des travaux plus approfondis n’aient été effectués.

L’étude n’est pas sans controverse. Les auteurs affirment que les poulets ont un “comportement normal”, mais ils ne peuvent pas dire si les poulets se sentent défoncés. L’étude est toujours en cours d’examen par les pairs, et il faudra un certain temps avant que nous ayons accès aux données et au protocole expérimental.

Malgré l’incertitude qui entoure cette histoire, il y a une certitude : Le THC est complètement métabolisé avant la mort du poulet, ce qui signifie qu’il n’en reste aucune trace dans la viande. Il s’agit donc d’un traitement et non d’une méthode cachée pour lancer le business du poulet de l’espace à l’échelle industrielle.

E-BOOK GRATUIT

10 CONSEILS DE PROS POUR LA CULTURE DU CANNABIS

Laisser un commentaire