You are currently viewing Hydroponie et Pythium : Comment éviter le pourrissement des racines ?

Après avoir construit ou acheté un système hydroponique, vous commencerez le processus de culture de vos plantes. Elles commencent toutes à fleurir et à pousser magnifiquement. Qu’est-ce qui pourrait mal tourner maintenant ?

La plupart des jardiniers hydroponiques seront confrontés un jour à des dysfonctionnements dans leur culture carences, maladies et ravageurs ne sont là qu’un exemple. La bonne nouvelle est qu’il est possible d’éviter le pire en prenant soin de vos plantes. Lisez la suite pour savoir ce que vous devez faire pour lutter contre le pourrissement des racines.

Symptômes liés à l’apparition du Pythium  ?

Si vous utilisez l’eau de votre municipalité et que celle-ci est chlorée, vous n’aurez peut-être jamais à faire face à la pourriture des racines (néanmoins l’excédant de chlore dans la solution nutritive n’est pas une bonne chose). Cependant, si vos plantes présentent un ou plusieurs symptômes suivants, il y a de fortes chances que le pourrissement des racines (appelé aussi pythium) soit le coupable :

  • Retard de croissance.
  • Jaunissement des feuilles avec brulure sur l’extrémité.
  • Flétrissement général au milieu de la journée.
  • Extrémités des racines brunes.

Soyez donc attentif aux symptômes de la pourriture des racines due au Pythium. Une chose que vous devez savoir dès maintenant est qu’il est plus difficile de traiter la maladie que de la prévenir, car le Pythium est difficile à contrôler une fois que la pourriture a commencé, alors faites attention à ce qui suit.

Commençons par ce qu’est exactement le Pythium. Cet organisme de type fongique est un problème courant dans les jardins ou les systèmes hydroponiques et présente de nombreuses variantes.

3 types de Pythium qui vont ruiner votre jardin d’intérieur

Trois espèces de Pythium posent des problèmes aux jardiniers d’intérieur :

  • Pythium aphanidermatum.
  • Pythium irregulare.
  • Pythium ultimum.

Le Pythium aphanidermatum et le Pythium irregulare se trouvent aussi bien dans les sources d’eau que dans le sol. Ces deux espèces forment des spores nageuses qui peuvent se déplacer dans l’eau et attaquer vos plantes très rapidement.

Le Pythium ultimum, lui, est plus étroitement associé au sol et au sable, cette espèce est donc moins répandue en hydroponie hors sol que les autres Pythium.

L’organisme Pythium se trouve dans la terre, le sable, l’eau des étangs et des cours d’eau, les racines mortes des cultures précédentes et les sédiments provenant de leurs décompositions. Il peut être introduit dans vos plantes par des outils de jardinage sales, des pots sales, des animaux domestiques entrant dans votre salle de culture, ainsi que par des moucherons et des mouches aquatiques.

Comment prévenir le Pythium dans votre jardin hydroponique ?

Comment éviter que votre jardin hydroponique ne succombe à ce problème potentiellement mortel ?

  • Si vous utilisez de l’eau non traitée, utilisez un filtre à sable avant de l’utiliser pour irriguer vos plantes. D’autres techniques de traitement de l’eau efficaces comprennent le chauffage de l’eau, l’utilisation de la lumière ultraviolette, l’ozonation ou la chloration, qui peuvent arrêter l’organisme avant qu’il n’attaque vos plantes.
  • Pour les systèmes à flux et reflux, couvrez les réservoirs pour éviter la contamination du système.
  • Pour éviter la propagation du Pythium, faites passer l’eau de retour sur un tamis grossier afin d’éliminer la terre et les débris végétaux.
  • Nettoyez et désinfectez toutes les surfaces de travail, les bancs de rempotage, les outils et l’équipement qui rentrent en contact avec le substrat. Nettoyez et désinfectez périodiquement les réservoirs du système hydroponique, les bacs, les pots, les pompes et les tuyaux.
  • L’eau non traitée provenant d’autres sources ou de puits doit être contrôlée avant d’être utilisée pour irriguer les plantes.
  • Les animaux domestiques doivent être tenus à l’écart de la salle de culture pour éviter toute contamination. Ils transportent des organismes qui peuvent potentiellement infecter vos plantes.

Si le Pythium infecte votre système, vous pouvez essayer plusieurs traitements. En plus de mettre en œuvre tout ce qui est décrit ci-dessus, vous pouvez utiliser des agents biologiques et des produits chimiques pour aider à traiter le problème.

Agents biologiques et produits chimiques pour lutter contre le Pythium

Des agents biologiques tels que Gliocladium, Trichoderma, Bacillus et Streptomyces sont utilisés pour lutter contre cet organisme.

Les produits chimiques couramment utilisés pour traiter ce pathogène sont l’etridiazole, l’etridiazole + thiophanate méthyle, le fosetyl-Al, le mefenoxam, le metalaxyl ainsi que le propamocarb. Attention, certains des produits chimique si dessus sont actuellement tendancieux, par exemple l’etridialoze est classé comme un cancérogène probable chez l’humain en raison des multiples types de tumeurs observés chez les rats lors d’essais et de test. Si vous souhaitez utiliser l’un de ces produits nous vous recommandons la plus grande vigilance.

Les plantes infectées par l’organisme ne peuvent pas être compostées car il vit également dans les racines des plantes mortes. N’oubliez pas qu’après l’infection d’une serre ou d’une chambre de culture, toutes les plantes devront être détruites.

Les serres et les salles de culture devront être assainies à l’aide de produits chimiques pour éliminer toute trace de l’organisme, en particulier dans les zones où l’eau contaminée a pu entrer en contact.

Lutte biologique contre les parasites et nuisibles

La lutte antiparasitaire biologique implique l’introduction de créatures amicales pour combattre celles qui causent des dégâts. Ces créatures sont connues sous le nom de prédateurs car elles se nourrissent du ravageur à un certain stade de son cycle de vie.

La lutte biologique contre les nuisibles consiste à introduire des insectes ou des micro-organismes prédateurs pour combattre les nuisibles. Les prédateurs se nourrissent des ravageurs à un certain stade de leur cycle de vie, réduisant ainsi leur nombre et limitant les dommages aux cultures.

E-BOOK GRATUIT

10 CONSEILS DE PROS POUR LA CULTURE DU CANNABIS

Laisser un commentaire